Google lance Intra pour contrer la censure sur internet

De nombreux gouvernements tentent de censurer les positions contraires à les leurs sur internet. Que ce soit en Afrique ou ailleurs, cette habitude tend à devenir une seconde nature. Ce qui ne sera plus possible puisque Google par le biais de sa société Jigsaw a procédé depuis quelques jours au lancement d’Intra, une application Android qui protège les internautes contre l’un des instruments de censure que les Etats peuvent utiliser : les manipulations DNS.

Ces techniques sont utilisées pour bloquer des sites web, empêcher les internautes d’accéder aux réseaux sociaux, ou rediriger les utilisateurs d’un site vers un autre malveillant. L’application est simple à utiliser puisqu’il suffit de la démarrer une fois, pour bénéficier du chiffrement.

La censure d’Internet est devenue si préoccupante que sur Android Pie, Google intègre déjà le chiffrement de la connexion DNS sur le système d’exploitation. Et Intra permet aussi de protéger les personnes vivant dans les pays qui censurent internet et qui utilisent les anciennes versions d’Android. Dans le viseur, les gouvernements despotiques comme la Chine, la Corée du Nord ou la Russie qui mettent beaucoup de barrières à la liberté d’expression. Au-delà, il y a ceux d’Afrique qui ont multiplié ces dernières années des coupures d’internet comme le Togo,le Cameroun,l’Algérie,entre autres.

« Le système de nom de domaine (DNS) est comme l’annuaire téléphonique numérique : c’est à travers celui-ci que les ordinateurs peuvent savoir quels serveurs sont connectés à quels domaines. Mais la connexion entre votre ordinateur et le système de nom de domaine est généralement non chiffré, ce qui signifie que les utilisateurs peuvent intercepter ce trafic et le manipuler » lit-on sur le site de Google.

Le géant californien rajoute qu’Intra fonctionne en chiffrant la connexion afin que personne ne puisse la manipuler ni voir quels sites Web l’utilisateur essaie de visiter ». Il faut dire que la censure augmente sérieusement dans le monde. Parmi les dernières références en date, le Venezuela. Selon une association internationale, l’Open Observatory of Network Interference (OONI), le pays utilise la manipulation DNS pour empêcher que des médias indépendants puissent s’exprimer librement.Adieu la censure?

 

Crédit photo :01 net

Ahlin ACCROBESSI