Vengez-vous des spammeurs en quelques secondes avec le chatbot Spamnesty

Vous avez toujours rêvé de faire perdre le maximum de temps aux expéditeurs de spam, sans perdre plus de cinq secondes ? Le chatbot Spamesty vous offre enfin cette vengeance.Tout le monde a reçu au moins une fois dans sa vie un mail annonçant des problèmes liés à un compte bancaire dont on ignorait l’existence ou le gain d’une somme d’argent incroyable. Bref, nous avons tous déjà été victimes du spam.
Si les dispositifs de filtrage ne vous suffisent pas, vous pouvez désormais vous venger de ces harceleurs grâce au site Spamnesty. Celui-ci propose tout simplement d’indiquer le mail du spammeur à l’adresse mail sp@mnesty.com, un chatbot qui camoufle notre identité avant d’entamer une discussion personnelle avec le spammeur.

Spamnesty s’assure ainsi de faire perdre le maximum de temps à ces escrocs en menant une conversation unique en son genre puisqu’il peut se faire passer pour un employé de banque, un patron d’entreprise ou, plus simplement, pour une personne avide de détails sur l’offre mensongère proposée par son correspondant.
D’après son développeur, Stavros Korokithakis, l’efficacité de Spamnesty est prouvée : « La plupart des spammeurs renoncent à continuer la discussion après 3-5 messages, mais certains sont arrivés même à en écrire 15, avant de s’arrêter par excès de frustration ». Pour couronner le tout, Spamnesty donne libre accès aux archives de ses conversations avec les spammeurs.

Objectif : faire perdre le maximum de temps aux spammeurs grâce à une conversation automatisée 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés

Lire

Numerama aimerait mieux vous connaitre

Lire

Le filtre anti-spam d’Outlook est actuellement en panne
01 juin 2016

Lire

Une Américaine crée un bot pour remplacer son CV
20 avril 2016

Lire

11 000 chatbots sur Facebook Messenger, mais combien d’utilisateurs ?
01 juillet 2016

Lire

Le bot qui cherchait les bots
17 avril 2016

Lire

Créer une adresse email jetable contre le spam
08 décembre 2015


Source: Numerama