Orange : pourquoi une « erreur humaine » paraît peu vraisemblable

Est-il possible qu’Orange ait bloqué les visites vers Google et Wikipedia et affiché qu’il s’agissait de sites terroristes, uniquement par « erreur humaine », comme l’assure l’opérateur ?

Lundi matin, les clients Orange qui utilisaient leur accès à internet fixe ou mobiles étaient redirigés vers la page du ministère de l’Intérieur dédiée aux sites bloqués pour apologie du terrorisme, lorsqu’ils tentaient d’accéder à Google, Wikipedia ou OVH. Pour expliquer une telle bévue, inédite, Orange a rapidement fait savoir dans sa communication officielle qu’il s’agissait d’une « erreur humaine ».

« Suite à une erreur humaine lors d’une opération technique sur un serveur, nos clients ont pu rencontrer des difficultés à se connecter au site google.fr et wikipedia.fr et se voir reroutés vers un message du ministère de l’intérieur. L’incident a duré environ 1h et l’accès aux sites est en voie de rétablissement », pouvait-on ainsi lire sur les pages d’aide de l’opérateur. Le service presse d’Orange livre la même explication.

Pourtant selon nos informations, l’explication officielle suscite pour le moins l’interrogation au sein-même des équipes d’Orange. L’opérateur, qui a immédiatement créé une cellule de crise lundi matin, a bien envisagé l’hypothèse d’un piratage externe, ou d’un acte volontaire de malveillance. Car «  Il est impossible de faire une telle erreur, ou alors il faut être très bête et endormi », s’étonne auprès de Numerama un bon connaisseur des infrastructures techniques chez Orange. « Officiellement c’est une erreur humaine, mais nous faisons face à un blocage complet pour avoir plus d’informations ».

Pourquoi c’est peu crédible

Lorsque le ministère de l’Intérieur envoie la liste des sites à bloquer aux principaux opérateurs télécoms français, il le fait sous la forme d’un fichier CSV qui comprend quatre colonnes. La première est une référence de dossier, la seconde est le nom de domaine, et les deux suivantes sont les adresses IP vers lesquelles diriger les utilisateurs, selon que le site est bloqué pour apologie du terrorisme, pédopornographie, jeux d’argent illicites ou d’autres motifs.

Capture d’écran d’un fichier CSV transmis par le ministère de l’Intérieur avec une liste de noms de domaine à bloquer.

L’opérateur télécoms qui traite le fichier du ministère doit donc prendre chacun des noms de domaine qui figure dans la colonne centrale, et modifier l’enregistrement DNS dans ses serveurs pour que celui-ci pointe vers l’adresse IP figurant sur la colonne C. Il n’y a aucune place au hasard ni, a priori, à l’erreur. Si le traitement est automatique, un script détecte les nouvelles entrées et modifie les DNS du nom de domaine de la colonne B avec l’adresse IP indiquée.

Ce matin, c’est l’adresse IP 90.85.16.52 vers laquelle ont été redirigés les domaines Google.fr, Wikipedia.org et OVH.com. Cette adresse 90.85.16.52 héberge le serveur du ministère de l’Intérieur qui affiche les raisons du blocage — en l’espèce l’apologie du terrorisme — et enregistre les adresses IP de ses visiteurs, officiellement à des fins purement statistiques.

Cette adresse IP n’est pas une adresse IP générique pour tous les blocages opérés par Orange, mais bien une adresse spécifique renseignée par le ministère de l’Intérieur.

Pour toucher ces trois noms de domaine, il faudrait donc que « l’erreur humaine » ait consisté à aller par inadvertance modifier les enregistrements de ces trois domaines, et de ces trois domaines seulement, pour imposer qu’ils pointent désormais vers une adresse spécifique, 90.85.16.52. Or personne ne voit par quels concours de circonstances une telle erreur est possible.

Un piratage ?

L’hypothèse la plus vraisemblable, démentie par Orange, est donc qu’il s’agisse davantage d’un acte de malveillance, réalisé par un employé de l’opérateur, ou avec plus de difficultés par une personne externe. On peut imaginer que quelqu’un ait voulu dénoncer le caractère arbitraire des blocages décidés par le seul ministère de l’Intérieur, ou plus simplement « troller » le gouvernement français ou les trois organisations en questions.

Les trois noms de domaine choisis assuraient une couverture médiatique évidente à l’opération, puisqu’au moins Google et Wikipedia sont des sites devenus quasiment indispensables aux internautes, qui les visitent plusieurs fois par jours. Il s’agit de trois noms de domaine extrêmement populaires en France, soit directement, soit pas le biais de redirections discrètes vers des sous-domaines OVH.com.

Il n’y a toutefois à notre connaissance aucune revendication d’un acte de piratage. Et si l’on modifie Wikipedia, Google et OVH, pourquoi ne pas modifier les enregistrements d’autres sites tout aussi importants ou symboliques comme Facebook.com, Twitter.com, LeMonde.fr, Gouvernement.fr, Orange.fr, etc. ? S’il s’agit d’un piratage ou d’un acte malveillant, son périmètre est étonnant.

Il est probable, malheureusement, que le mystère demeure encore longtemps…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés

Lire

COP21 : où en sont les hébergeurs français sur l'énergie renouvelable ?

COP21 : où en sont les hébergeurs français sur l’énergie renouvelable ?

01 décembre 2015

Lire

Orange fait tout et surtout n'importe quoi avec la réalité virtuelle

Orange fait tout et surtout n’importe quoi avec la réalité virtuelle

16 mars 2016

Lire

Orange fait basculer le tunnel sous la Manche dans la 4G

Orange fait basculer le tunnel sous la Manche dans la 4G

04 juillet 2016

Lire

Comment le Miroir Digital d'Orange reflète vos données persos

Comment le Miroir Digital d’Orange reflète vos données persos

29 janvier 2016

Lire

Orange va proposer des films et séries en VR à ses abonnés OCS

Orange va proposer des films et séries en VR à ses abonnés OCS

22 septembre 2016

Lire

Rancunier ? Orange critique le nombre d'erreurs dans Wikipedia

Rancunier ? Orange critique le nombre d’erreurs dans Wikipedia

07 octobre 2016


Source: Numerama