#CIVElections : PEACE – Côte d’Ivoire présenté aux acteurs des médias

La Plateforme des organisations de la société civile pour des Elections Apaisées Crédibles et Equitables en Côte d’Ivoire (PEACE-CI) a été présentée aux professionnels des médias. Elle aura pour mission d’exécuter le projet d’observation citoyenne pour la présidentielle d’octobre 2015.+

Vote5

Le projet « Baromètre des élections crédibles et apaisées en Côte d’Ivoire en 2015 » conduit par le Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix section Côte d’Ivoire (WANEP-CI) entre dans une phase importante. Grâce au soutien de la Open Society Initiative for West Africa (OSIWA), 2000 observateurs seront déployés dans les 31 régions de la Côte d’Ivoire pour veiller au bon déroulement des opérations de vote le 25 octobre prochain. L’annonce a été faite lors d’un dîner de presse ce 14 octobre à l’Hôtel Manhattan Suite. Les observateurs seront chapeautés par la Plateforme des organisations de la société civile pour des Elections Apaisées, Crédibles et Equitables en Côte d’Ivoire (PEACE-CI). Marie-Joëlle Kéi la coordonnatrice de WANEP-Côte d’Ivoire précise que « les observateurs de la plateforme sont formés à faire remonter tous les incidents identifiés au cours du scrutin en temps réel » vers un quartier général de monitoring. Il s’agit de la ESR, Electoral Situation Room. La ESR est composée de trois chambres : la chambre technique, la chambre intermédiaire et la chambre de décision. Les chambres sont complémentaires cependant la plus importante est la chambre de décision qui fait des recommandations aux différents acteurs pour la bonne conduite du scrutin. La chambre est composée de (7) membres parmi lesquels nous citerons l’imam Cissé Djiguiba, l’abbé Norbert Abekan, Zio Moussa et Mariam Dao Gabala. Des personnalités bien connues pour leur engagement sérieux dans leur domaine de compétence et surtout leur neutralité au plan politique.

Au cours du dîner de presse, le mécanisme d’observation a été expliqué aux invités. Les fiches de collecte de données présentées prennent en compte les opérations depuis l’ouverture des bureaux de vote jusqu’au dépouillement. Chaque incident est remonté en temps réelle, vérifié et traité avant publication sur la plateforme en ligne de la ESR. « Grâce à une carte interactive chaque citoyen pourra s’informer sur la nature des incidents signalés dans chaque localité » indique Yao Franck Kouassi, responsable technique de la plateforme. L’observation de la PEACE-CI est donc entièrement basée sur les TIC ce qui la différencie des autres observations. A ce niveau, les dispositions ont été prises pour parer à tout dysfonctionnement lié à la qualité du réseau téléphonique ou internet. La plateforme pourra fonctionner hors réseau internet (intranet) en cas de mauvaise qualité du signal. Bien avant le rendez-vous avec les médias, Nadia Nata, chargée de gouvernance politique à OSIWA a partagé avec les membres de la chambre de décision les difficultés et réussites des ESR dans les pays de la sous-région. Elle n’a pas manqué de rassurer les acteurs des médias sur l’efficacité du mécanisme d’observation déjà utilisé dans plusieurs pays dont le Mali, le Ghana, le Nigéria… Elle a aussi fait des recommandations afin que l’action de PEACE-CI puisse être une réussite dans le contexte électoral ivoirien.

Polus Agathon, écrit avec SUY Kahofi