Les à cotés de Miss Côte d’Ivoire 2015 – Expérience personnelle

Samedi 06 Juin 2015, j’arrive au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire à 21H10. Je me rends au premier niveau de contrôle, je suis refusé d’accès sous prétexte que la salle est pleine. L’accès est donc désormais interdit à toute personne quelque soit son rang, grade, sa fonction… Attendant patiemment une occasion pour entrer, avec d’autres personnes, nous sommes rejoint plus tard par Al Moustapha, aussi en retard. Nous profitons de la présence, sinon de l’influence de ce dernier pour franchir le premier niveau de sécurité.

Arrivée au deuxième niveau de sécurité, les portes sont fermées. Nous sommes aussitôt informé qu’on aura pas accès à la salle vu que l’accès devrait être interdit, après l’arrivée de la Première Dame, à 21H00.
Je ne réagis donc pas parce que je trouve normal qu’on ne nous y autorise pas entrer, pour les raisons évoquées plus haut. Le « doyen », Al Moustapha également est refoulé à l’entrée… Après quelques propos… il décide de quitter les lieux et rentrer à la maison. Moi je reste sur place, attendant toujours une éventuelle opportunité pour entrer.

IMG_9359

Étant sur place, je constates quelques magouilles qui permettent à des personnes ordinaires de rentrer facilement, je parlerais de corruption. Je fais sortir mon appareil photos pour des prises de vues (sans flash), mais je veux faire plus; j’active le mode vidéo. Je suis aperçu par X qui me menace. j’enregistre ces menaces. le voyant foncé sur moi, je m’écarte discrètement de l’entrée. Voyant X qui cherche à me rattraper, je me mets à courir, cherchant un moyen de quitter l’esplanade de l’hôtel ivoire et m’échapper avec les images prises. Je suis hélas interpellé par des éléments de sécurité aux « mini-dalle » clôturant le Sofitel. J’explique ce qui se passe mais ils m’immobilisent jusqu’à ce que je sois rattrapé par X qui leur à donner l’ordre de m’arrêter. Arrivée à mon niveau, X tente de m’arracher l’appareil photo que je refuse, plaidant pour qu’on me laisse juste effacer les images. Refusant toujours de leur donner l’appareil photo, Y serre mon coup, m’empêchant de parler, respirer difficilement… Je lâches donc l’appareil photo, que X emporte puis je suis aussitôt relâché par Y. Dès lors, je plaide derrière X pour qu’il efface juste les photos et me rende l’appareil. Il rentre dans le bâtiment me laissant derrière la porte, qui se referma derrière lui, puis je continue de plaider ma cause au travers des vitres.

20 minutes plus tard, ils me font entrer dans le bâtiment pour que je m’explique et efface les photos prises. Aussitôt entré, je m’exécute et ils me rendent mon appareil photo, puis m’autorisent en même temps à entrer dans la salle de spectacle, non sans avoir pris mon identité.

22H00, mon calvaire prend fin, lorsque j’entre en salle…

Je remercie au passage mon confrère Alain Landry Zahore qui m’a aidé à plaider.